L'Union européenne et le financement de l'action pour le climat

HUMANA Changement Climatique_



Deux ans après l'adoption de l'accord de Paris, l'Union européenne reste fermement déterminée à réduire ses émissions d'au moins 40 % entre 1990 et 2030. Les émissions diminuent alors même que l'économie enregistre une croissance, due en grande partie aux technologies innovantes, ce qui montre que la croissance et l'action pour le climat ne s'excluent pas mutuellement. Le PIB a augmenté de quelque 10 % entre 2005 et 2015, pendant que, dans le même temps, la consommation d'énergie primaire diminuait de près de 11 %. Le signal est clair – l'énergie plus propre et la croissance peuvent aller de pair.

 

L'Union a apporté la preuve de son engagement en faveur de la lutte contre le changement climatique en intégrant les dépenses consacrées à l'action pour le climat dans tous ses programmes. Au moins 20 % du budget de l'Union pour la période 2014-2020 – soit non moins de 180 milliards d'EUR – devraient être consacrés à des actions en rapport avec le changement climatique.

 

Le climat est intégré dans tous les grands programmes de dépenses de l'Union, notamment la politique de cohésion, le développement régional, l'énergie, les transports, la recherche et l'innovation, la politique agricole commune, ainsi que la politique de développement.

 

L'Union est le premier bailleur de fonds au niveau mondial en ce qui concerne le financement de l'action pour le climat. Les contributions totales de l'UE et de ses États membres se sont élevées à 20,2 milliards d'EUR en 2016, ce qui représente une nette augmentation par rapport à 2015. Entre 2014 et 2020, les fonds du budget de l'Union consacrés à l'action pour le climat vont plus que doubler.

 

La Commission stimule les nouveaux investissements en faveur de l'énergie propre et de la recherche et de l'innovation dans le domaine du climat en augmentant les investissements publics ciblés dans l'énergie propre et la science et l'innovation en matière de climat – ces investissements représentent 3,4 milliards d'euros sur la période 2018-2020 dans le cadre du programme de recherche phare de l'Union, Horizon 2020.

 

Dans le cadre de l'initiative «Villes et communautés intelligentes», la Commission a consacré jusqu'à présent plus de 270 millions d'EUR au cofinancement de projets de démonstration axés sur des solutions durables, rentables et reproductibles situées à l'intersection des secteurs de l'énergie et des transports et reposant sur les TIC. Ces projets réunissent des villes et des entreprises industrielles dans le but d'intégrer et de démontrer des solutions dans les domaines de l'énergie, des infrastructures et des transports, ainsi que de permettre à d'autres villes de se faire une idée de l'application pratique de ces solutions et de la possibilité de les reproduire. 36 villes «modèles» et 42 villes «élèves» participent à cette initiative, et le nombre des participants ne cesse d'augmenter.